10. August 1792 – Der König befiehlt den Schweizern die Waffen zu strecken

von Robin Udry, Generalsekretär proTELL

Nachstehende Rede finden Sie in französischer Sprache auf  YouTube: https://youtu.be/zbZ2_NyeR6E

10. August 1792 – Der König befiehlt den Schweizern die Waffen zu strecken

Am 10. August 1792, durch falsche Versprechungen und widersprüchliche Neuigkeiten getäuscht, beschloss der französische König Louis XVI das Schloss der Tuileries aufzugeben und sich unter den « Schutz » der Assemblée nationale, der Nationalversammlung, zu stellen.

Eskortiert durch eine Kompanie Schweizer Soldaten unter der Befehlshoheit des Hauptmanns von Erlach, flankiert durch 50 Grenadiere des Bataillons Filles Saint-Thomas, ergaben sich der König und seine Familie der Nationalversammlung. Während endlosen, blutigen Stunden ergingen über  die Eskorte  des Königs, dann auch über die zur Verteidigung der Tuileries beorderten Soldaten, die wütenden Angriffe einer in Rage geratenen Menschenmenge die nach Vergeltung schrie.

In der Verwirrung dieser dunklen Stunden wurde eine Anweisung des Königs an die Schweizer, sich in ihre Kasernen zurückzuziehen, durch einen Emissär falsch ausgelegt; die Schweizer machten sich daher auf, dem in der Nationalversammlung festgehaltenen König zu Hilfe zu eilen. Die Schweizer, welche dem König auf ihre Ehre Treu und Schutz geschworen hatten, kamen erst nach schweren Verlusten dort an; zu dieser Stunde aber war der König bereits seiner Macht enthoben. – Im Glauben, die Schweizer noch retten zu können, befahl er ihnen, die Waffen vor der Garde nationale, der Nationalgarde, niederzulegen.

Damit unterschrieb er das Todesurteil für seine treuen Schweizer.
Sein Befehl vom 10. August 1791 ist im Museum Carnavalet erhalten geblieben und lautet: « Le Roi ordonne aux Suisses de déposer à l’instant leurs armes et de se retirer dans leurs casernes », der König befiehlt den Schweizern sofort ihre Waffen niederzulegen und sich in ihre Kasernen zurückzuziehen. Von den 950 Schweizer Offizieren, Unteroffizieren und Soldaten wurden 850 zwischen dem 10. August und dem 3. September 1792 niedergemetzelt. Dieses unglaubliche Blutbad ergab sich durch das Zusammenstossen der Befehle eines schwachen und unentschlossenen Königs, und der Barbarbarei durch Jakobiner und Revolutionäre aller Art aufgebrachter Menschenmengen, welche auf die unerschütterliche Disziplin der Schweizer Regimente in fremden Diensten prallten.

Die Nachricht über diese Massaker verbreitete sich wie ein Lauffeuer und löste in der Schweiz grösste Empörung aus. Das Massaker in den Tuileries und die dabei durch die Schweizer erlittene Barbarei setzten den seit 1453 (erste Allianz zwischen Frankreich und der Schweiz), guten Beziehungen zwischen dem französischen Königreich und der Schweiz (Tagsatzung) ein Ende.

10. August 2017 – die EU befiehlt den Schweizern die Waffen zu strecken

225 Jahre liegen zwischen diesen beiden Befehlen aber es steckt immer noch die gleiche Absicht hinter diesen Worten: Entwaffnen! –  Im Jahre 2017 ist es nicht mehr ein « König von Gottes Gnaden » welcher befiehlt, sondern eine selbsternannte Europäische Kommission die jeglicher demokratischerer Legitimität entbehrt. Deren Allmacht trifft nicht nur die Polen, welche gegen eine Gesetzesänderung sind, die Tschechische Bevölkerung, die Freiheit und Sicherheit hochhält, aber auch die Ungarn, welche ganze Kontingente illegaler Migranten zurückweisen.

225 Jahre später ertönt noch immer die gleiche Leier: Die Schweizer sollen ihre Waffen strecken!

Dem kann man nur die Worte des Wachtmeisters Blaser aus Solothurn entgegenhalten: «Wir sind Schweizer und Schweizer geben ihre Waffen nur mit dem Leben».

Savièse, 10. August 2017, Robin Udry, Generalsekretär von proTELL

 

 Am 7. August 1817 beschloss die eidgenössische Tagsatzung den 345 Überlebenden des Regimentes der französischen Schweizergarde eine Erinnerungsmedaille zu verleihen und im Jahre 1818 organisierte Karl Pfyffer von Altishofen, ein Offizier der Schweizergarde, welcher zur Zeit des Massakers in den Tuileries im Urlaub weilte, eine Sammlung für die Errichtung eines Ehrenmals für seine toten Kameraden. In den Jahren 1820 und 1821 wurde das berühmte Löwendenkmal in den ehemaligen Sandsteinbruch bei Luzern gemeisselt um an die Tugenden der Schweizer Soldaten im Dienste Frankreichs zu erinnern. Die in Stein gemetzte Devise lautet Helvetiorum Fidei ac Virtuti (der Treue und der Tapferkeit der Schweizer). 

Mit jährlich mehr als 1.4 Millionen Besuchern ist dieses Denkmal eines der meist besuchten der Schweiz.

 

 

 

 

10 août 1792 Le Roi ordonne aux Suisses de déposer les armes

par Robin Udry, Secrétaire général de proTELL

Vous trouverez le discours ci-après sur YouTube: https://youtu.be/zbZ2_NyeR6E

10 août 1792 Le Roi ordonne aux Suisses de déposer les armes

Le 10 août 1792, abusé par de fausses promesses et des nouvelles contradictoires, le Roi de France Louis XVI décide d’abandonner le château des Tuileries pour se placer sous la « protection » de l’Assemblée nationale.

Escorté par une compagnie de soldats suisses commandés par le capitaine d’Erlach et flanqué de cinquante grenadiers des Filles Saint-Thomas, le Roi et sa famille se rendent aux députés de l’Assemblée nationale. Durant d’interminables heures sanglantes, l’escorte du Roi, puis les soldats assignés à la défense des Tuileries vont subir les attaques rageuses d’une foule assoiffée de vengeance.

Dans la confusion de ces heures sombres, un message du roi ordonnant aux Suisses de se retirer dans leurs casernes sera mal interprété par un émissaire, conduisant les Suisses à se porter au secours du Roi, retenu au sein de l’Assemblée nationale. Arrivés après de lourdes pertes auprès de celui qu’ils avaient tous juré sur leur honneur et leur fidélité de défendre, les Suisses ne peuvent que constater que le Roi a été déchu de ses pouvoirs. Croyant alors pouvoir encore les sauver, le Roi ordonne que les Suisses rendent leurs armes à la garde nationale.

Il signe alors l’arrêt de mort de ses fidèles Suisses.

Son ordre du 10 août 1792 est encore conservé au musée du Carnavalet, voici sa teneur : « Le Roi ordonne aux Suisses de déposer à l’instant leurs armes et de se retirer dans leurs casernes. » Sur les quelques 950 officiers, sous-officiers et soldats suisses en fonction, 850 furent massacrés entre le 10 août 1792 et le 3 septembre. Ce sacrifice incroyable a été dû à la conjugaison d’ordres d’un roi faible et indécis, à la barbarie d’une foule manipulée par les Jacobins et révolutionnaires de tous clubs, ainsi qu’à la discipline immuable des régiments suisses au service étranger.

La nouvelle de ces massacres eut des échos en Suisse où l’indignation la plus vive fut ressentie. Le massacre des Tuileries et le récit des horreurs commises contre les Suisses marquèrent le glas des bonnes relations entretenues entre le Royaume de France et la Suisse (Diète) qui prévalaient depuis 1453, date de la première alliance entre français et suisses.

10 août 2017 l’UE ordonne aux Suisses de déposer les armes,….

225 ans séparent ces deux injonctions, mais toujours la même volonté derrière ces mots : désarmer ! En 2017, ce n’est plus un Roi de droit divin qui ordonne, mais une commission européenne auto-proclamée, sans aucune légitimité démocratique, dont la toute-puissance frappe aussi bien les Polonais réticents à un changement de lois, les Tchèques empreints de liberté et de sécurité ou encore les Hongrois refusant des contingents de migrants illégaux.

225 ans mais toujours la même rengaine : Que les Suisses rendent les armes !

A ces mots, seule la phrase du sergent Blaser de Soleure peut faire écho : « Nous sommes Suisses et les Suisses ne rendent les armes qu’avec la vie ! »

Savièse, le 10 août 2017, Robin Udry Secrétaire général de proTELL

 

Le 7 août 1817, la Diète fédérale ordonnera la distribution d’une médaille commémorative aux 345 survivants du Régiment des Gardes-Suisse de France et en 1818, Karl Pfyffer von Altishofen, un officier du Régiment des Gardes-suisses en congé à l’époque du massacre des Tuileries, organise une collecte de fonds destiné à la création d’un monument en hommage à ses camarades disparus. Entre 1820 et 1821, le fameux Lion de Lucerne est taillé dans une ancienne carrière, rappelant les vertus des soldats suisses au service de France. La devise gravée est la suivante : Helvetiorum Fidei ac Virtuti (À la loyauté et à la bravoure des Suisses).

Ce monument est l’un des plus visités de Suisse avec plus de 1,4 millions de visiteurs/an.

Réponse à Madame Ada Marra

Réponse à Madame Ada Marra
par Bruno Buchs, 03.08.2017

Merci à Madame Ada Marra de nous avoir éclairé sur SA « vision » de la Suisse; s’il y avait à un doute à ce sujet, nous voilà fixés.

Elle a bien entendu parfaitement le droit de s’exprimer comme elle l’entend car nous sommes en démocratie et nous défendrons toujours la liberté d’expression même si nous sommes en désaccord total avec ses divagations.

Compte tenu du nombre et du contenu des réactions à son discours, notre désapprobation semble être partagée par une large majorité des Suissesses et des Suisses.

Certes, l’homme dans la rue ne sait pas forcément écrire de belles phrases pour exprimer ce qu’est pour lui la Suisse.

Mais l’homme dans la rue ressent en son for intérieur ce que cela signifie, car, LUI, il a de l’amour pour son pays.

1. August

1. August
von Bruno Buchs

Werte Eidgenossinnen und Eidgenossen

Der Artikel 107 der Bundesverfassung bestimmt folgendes: Der Bund erlässt Vorschriften gegen den Missbrauch von Waffen, Waffenzubehör und Munition“.

Das Bundesgesetz über Waffen, Waffenzubehör und Munition (WG) und die Verordnung über Waffen, Waffenzubehör und Munition (WV) setzen die Verfassung in perfekter Art und Weise um und dies zur Zufriedenheit der überwiegenden Mehrheit des Schweizer Volkes.

Die Einmischung der EU in unsere inneren Angelegenheit über die freiheitsvernichtende und lügenhaft begründete EU Direktive 2017/853 muss kategorisch und en bloc zurückgewiesen werden. Wir wollen nicht zu einer durch die EU verwalteten „Kolonie“ absteigen; unsere nationalen Gesetze reichen vollkommen aus um unsere Sicherheit zu gewähren.

Herr Brigadier i.R. Hans-Peter Wüthrich hat es anlässlich seiner Wahl zum Präsidenten von proTELL am 17. Juni dieses Jahres klar zum Ausdruck gebracht: „Das Waffenrecht ist nicht verhandelbar !“

Seinen wir dem Geiste des Bundesbriefes vom 1. August 1291 und all den Schweizerinnen und Schweizern, die durch ihr Wort, ihre Taten und durch ihr Blut unsere Freiheiten und unsere Selbstbestimmung über die Jahrhunderte verteidigt haben, würdig.

Unus pro omnibus, omnes pro uno !

Unterstützen wir proTELL und alle Vereinigungen welche unsere Freiheiten verteidigen!

LiberalArms, Bruno Buchs

1er août

1er août
par Bruno Buchs

Chères et chers compatriotes,

L’article 107 de la Constitution fédérale de la Confédération Suisse stipule: « La Confédération légifère afin de lutter contre l’usage abusif d’armes, d’accessoires d’armes et de munitions. »

La Loi fédérale sur les armes, les accessoires d’armes et les munitions (LArm) et l‘Ordonnance sur les armes, les accessoires d’armes et les munitions (OArm) assurent parfaitement la mise en œuvre de la constitution, à la satisfaction de la grande majorité du peuple Suisse.

L’ingérence de l’UE dans nos affaires intérieures en matières d’armes, par le biais de la directive européenne UE 2017/853 liberticide et mensongère doit être refusée catégoriquement et en bloc ; nous ne voulons pas être une « colonie » administrée par l’UE et nos lois nationales actuelles sont largement suffisantes pour assurer notre sécurité.

L’ancien brigadier Hans-Peter Wüthrich l’a clairement exprimé à l’occasion de son élection le 17 juin dernier à la présidence de proTELL, « Société pour un droit libéral sur les armes » : « le droit sur les armes n’est pas négociable ! » .

Soyons dignes de l’esprit du Pacte fédéral du 1er août 1291 et des Suissesses et Suisses qui ont défendu, avec leurs paroles, leurs actes, et leur sang nos libertés et notre auto-détermination au cours des siècles.

Unus pro omnibus, omnes pro uno !

Soutenons proTELL et toutes les associations qui luttent pour nos libértés.

LiberalArms, Bruno Buchs

La directive UE 2017/853 n’est pas une fatalité – disons non, en toute simplicité

La directive UE 2017/853 n’est pas une fatalité – disons non, en toute simplicité
par Bruno Buchs, 26.07.2017

La tactique du Conseil fédéral par rapport à la reprise de nouveaux « acquis » de l’UE est bien connue.

Nos grands négociateurs vont à Bruxelles pour se faire entendre dans le processus d’élaboration de telle ou telle nouvelle Directive européenne.

Par politesse et en vertu des mécanismes  prévus dans les accords bilatéraux, l’UE écoute la Suisse et peut même faire de petites concessions de-ci de-là, toutefois sans jamais toucher aux points essentiels de ce que l’Europe juge bon pour ses états membres et ses « colonies » liées par des accords.

Lors de leur retour en Suisse, ces petites concessions passent par une sorte de « Chamberlainisation ». Notre gouvernement présente alors ce qui a été concédé par l’UE comme un très bon résultat pour la Suisse. Et dans la foulée, on explique au parlement et au brave peuple qu’il est impossible d’aller plus loin, que l’on ne peut pas demander plus ou dire non en bloc à telle ou telle nouvelle directive, au risque de faire capoter l’accord cadre, p.ex. Schengen, ou pire encore, bloquer d’autres négociations avec l’UE, voire compromettre le futur accord institutionnel avec l’UE « qu’il faut absolument conclure » (nota bene : parce que l’UE l’exige) pour préserver le bilatéralisme et ses bienfaits pour la Suisse.

Ainsi, de génuflexion en génuflexion devant une Europe peu démocratique, la Suisse saborde elle-même, par manque de courage, l’essence même du vivre ensemble confédéral helvétique, c’est-à-dire les droits démocratiques, l’autonomie législative, le pouvoir suprême du peuple, l’indépendance de notre justice, les libertés individuelles, etc, etc.

Mais ce n’est pas une fatalité.

La Suisse peut parfaitement dire à l’UE que nous ne voulons pas de cette directive UE 2017/853.

Et si par correction on voulait donner une explication à Bruxelles on expliquerait que notre sécurité est parfaitement assurée, par nos propres dispositions nationales. Par conséquent, les accords actuels avec l’UE sont suffisants.

Les accords de Schengen tomberaient-ils? –  C’est très improbable car l’UE est certainement bien plus intéressée que la Suisse à les maintenir.

Pour opposer à Bruxelles un « non en bloc »,  le Conseil fédéral et le Parlement Suisse devront, exceptionnellement, faire preuve de courage.

A défaut, c’est le peuple qui dira non à Bruxelles.

En toute simplicité.

L’exception genevoise, le permis d’acquisition d’armes à géométrie variable

L’exception genevoise, le permis d’acquisition d’armes à géométrie variable
par Bruno Buchs, 26.07.2017

Genève est le seul canton Suisse qui délivre des permis d’acquisition d’armes (PAA) à une seule ligne pour un émolument de 50 francs, à moins de faire transmettre la demande signée par le demandeur (un particulier) au SAEA (Service des armes, explosifs et autorisations) par les bons soins d’un armurier ayant pignon sur rue dans le canton; dans ce cas 3  lignes sont accordées pour 50 francs.

Dans les autres cantons, les autorités délivrent des PAA à 3 lignes, permettant de ce fait d’acquérir 3 armes, pour un seul émolument de 50 francs.

Sachant que dans le droit fédéral Suisse (LArm et OArm) on ne trouve rien qui reconnait un rôle quelconque aux armuriers dans la procédure de demande et de délivrance d’un PAA, force est de constater que les PAA sont délivrés dans la République et canton de Genève selon une logique à géométrie variable.

Pour faire clair et simple:

– je remplis et signe une demande de PAA, puis je l’envoie au SAEA directement: j’aurai un PAA à une ligne pour 50 francs (si je veux 3 lignes, je devrai payer 150 francs)

– je remplis et signe une demande de PAA, puis je la fais transmettre au SAEA par un armurier genevois (qui n’en fait rien si ce n’est la poster..): j’aurai un PAA à 3 lignes pour 50 francs en tout.

Von der Waffe zur Motorsäge ?

Von der Waffe zur Motorsäge ?
Bruno Buchs, 26.07.2017

Franz Wrousis ist gefasst.

Die Behörden und die Medien erwähnen immer wieder, dass Franz Wrousis in der Vergangenheit mit dem Waffengesetz in Konflikt geraten sei. Ging es während der Suche des Täters darum, die Oeffentlichkeit zu warnen, dass er möglicherweise eine Waffe mit sich führe, so ist diese Information gerechtfertigt.

Beim Ueberfall auf die CSS in Schaffhausen war nach jetzigem Informationsstand keine Feuerwaffe sondern eine Motorsäge die Tatwaffe. Somit ist es nicht gerechtfertigt im Nachspiel einen Zusammhang zwischen Feuerwaffen und dieser Tat aufrecht zu erhalten womit der legale Waffenbesitz in der Oeffentlichkeit in ein schlechtes Licht gerückt wird

Man muss sich dagegen wehren, dass gesetzestreue Waffenbesitzer als potentiell psychisch gestörte Motorsägen-Attentäter dargestellt werden.

 

La violence des armes, vraiment? –

La violence des armes, vraiment?
par Jeferson, juillet 2017

La fédération suisse de tir a publié les statistiques presque exhaustives du tir en campagne 2017.

http://www.fst-ssv.ch/Portaldata/1/Resources/dokumente/breitensport/efs/20170612_EFS_Gesamtstatistik-2017_(002).pdf

On apprend que lors du deuxième week-end de juin, 94’364 tireurs à l’arme longue ont fait le détour par un stand de village pour tirer leurs 18 cartouches à 300 mètres. Et que 33’535 tireurs au pistolet ont pareillement consacré quelques heures pour le plaisir de tirer leurs 18 cartouches à 25 ou 50 mètres. Certains ont fait les 2 (fusil et pistolet), de sorte que ce ne sont pas exactement 127’899 personnes qui se sont déplacées. Mais largement plus de 100.000.

Le nombre de cartouches tirées par contre est incontestable: 2’302’182. Résumons: sur 2 jours et demi, plus de 100.000 personnes armées d’armes militaires ont tiré plus de 2 millions de cartouches d’ordonnance -des munitions « de guerre »-, dans toute la Suisse pour ce qu’il faut bien appeler la plus grande manifestation de tir sportif à l’échelle d’un pays.

Et que s’est-il passé? Rien. Aucun accident, pas le moindre incident, aucun policier mobilisé, pas besoin de service d’ordre, aucun débordement, aucun hooligan.
Oh, on a bien dû compter 18’387 égos froissés par des résultats en retrait par rapport à l’année précédente, dont 12’695 au moins qui regrettent sincèrement de constater les ravages de l’âge. D’année en année, la main n’est plus aussi sûre, l’oeil plus aussi perçant qu’avant.

Les anti-armes (« hoplophobes ») ne cessent de parler de violence des armes. D’initiative populaire -heureusement refusée- en directive européenne -sans légitimité démocratique-, d’articles de presse -complaisants- en émission télévisuelle -complice et putassière-, la « gôche » et les valeurs du « progrès » nous serinent que les armes c’est le mal absolu, qu’il faut les interdire.

La réalité vaut bien mieux que ces fumeuses théories. La réalité, c’est que s’il n’y a plus de match de football ou de hockey sans déploiement des forces de police, s’il n’y a plus de discothèque sans service d’ordre, du côté du tir on peut mobiliser 100’000 personnes sans problème.

Alors la « violence des armes »? Ceux qui en parlent ne sont jamais venus au stand, n’ont aucune idée de ce que cela signifie. En termes de concentration ou de vie sociale par exemple. Il est regrettable que la presse donne toujours la parole à des gens qui ne connaissent rien aux armes. Il est vrai que c’est un peu de la faute des tireurs: puisque tout va bien, puisqu’il n’y a ni risque ni accident, pourquoi les médias en parleraient-il?

Il y aura peut-être bientôt une bonne raison: à force de devoir faire face à des attaques mensongères, à des lois toujours plus restrictives sous de fallacieux prétextes, les amateurs d’armes en ont assez. Des sociétés comme proTELL ou la FST commencent à s’organiser, et à relever la tête. Et une chose est sûre: s’il faut réunir 100’000 signatures pour une initiative ou un référendum, ce sera fait en un week-end!